La Color Run s’est tenue ce week-end et elle n’a pu échapper à personne. Cette course de 5 km se différencie par son aspect coloré. Tout au long de la course, de la poudre colorée est envoyée sur les participants avant le bouquet final où l’on finit arc-en-ciel sur la ligne d’arrivée. Tu sais que tu as fait la Color Run quand…

– Tu as (pour une fois) des courbatures le lundi matin.

– Tu voulais faire le marathon, mais tu t’es dit que, sportif comme tu es, commencer par 5km ce serait déjà pas mal.

– Tu as harcelé tes contacts Facebook et Instagram avec des selfies de toi peinturluré. Heureusement qu’ils ne savent pas que tu n’as pas couru depuis cinq mois…

– Tu es devenu asthmatique à cause de la poudre que tu as avalée. Au diable, la fécule de maïs !

– Tout fier, tu as expliqué la valeur spirituelle de cette course « Non, mais tu ne comprends pas, ça vient de la fête des couleurs, la Holi, en Inde. C’est mille fois mieux que le yoga ».

– Tu as défoncé ta sublime brassière Nike (ou ton super marcel) achetée une fortune pour faire ta belle (ton beau) quand tu fais du sport. Tu l’as nettoyée, re-nettoyée… Rien à faire, il reste des traces. Ton porte-feuille t’en veut. 

– Tu as eu ton petit kit avec un dossard, un T-Shirt et un bandeau griffé. Bien sûr tu les garderas précieusement jusqu’à l’année prochaine. Pour rien. 

– Toute une rame de métro t’a regardé de travers avec tes cheveux tout colorés et ton allure fatiguée quand tu es rentré. Pire que quand tu as la gueule de bois, mais sans la honte. 

– Tu as pu profiter du Festival de la Color Run en exclusivité (trop stylé !).

– Tu connais maintenant le chemin pour aller d’Hôtel de Ville au Trocadero. Et même pas en métro.