« J’ai 28 ans ! ». On a tous dit cette phrase à la cantine. Dans la plupart des réfectoires, les verres étaient griffés Duralex, une société française. En 2014, le magazine Capital est revenu sur ce mystère qui plane sur tous les enfants de France.

À la cantine, tous les enfants ont le même rituel : regarder leur âge dans le fond de leur verre. Le plus jeune ou le plus âgé devait alors aller chercher la carafe d’eau, débarrasser la table ou autres corvées… Avec nos yeux innocents, on imaginait peut-être que ce chiffre était fait exprès ou, plus probablement, on ne pensait à rien du tout !

Le magazine Capital s’était penché sur la question en 2014 lors du reportage « Duralex : De la cantine à la conquête du monde » et avait révélé le pot aux roses. Verdict : l’explication est on ne peut plus terre à terre. En effet, ces nombres, de 1 à 48, correspondent finalement à la machine qui a fabriqué le verre. Ainsi, les ouvriers peuvent savoir quand il y a un problème et d’où il vient. « Ces numéros correspondent à chaque moule. Il suffit de les regarder et ça nous donne le matériel à changer sur la machine. Ça sert uniquement à ça. » avait alors expliqué un employé de l’usine, brisant par la même occasion toutes nos spéculations.

S’il va nous falloir un peu de temps pour nous remettre de cette nouvelle, on espère que les petits n’en entendront pas parler. Autant leur laisser le peu de naïveté qu’il leur reste. Et si, en plus, cela peut servir à ce qu’ils ne se battent pas pour ne pas faire les tâches communes, tout le monde est gagnant !